Natura D555CE: Un cas intéressant

From France's Guitarist Magazine, January 2007. English translation coming soon. More on the D555CE.

D555CEQ

Comme à son habitude, Walden nous propse un modèle au rapport qualité/prix particulièrement insolant! — Jacques Balmat

Issue de la gamme Natura, cette guitare est livrée dans une belle et solide housse, accompagnèe d'un humidificateur pour toujours maintenir les bois à un même degré d'humidité. Au vu de la météo. l'usage de cet objet reste néanmoins, et c'est heureux, purement anecdotique, mais qui sait si les phases caniculaires ne vont pas aller en s'amplifiant durablement d'année en année...

Une classique du genre
Cette Walden est une nouvelle déclinaison d'un grand classique du genre, j'ai nommé la dreadnought électro à pan coupé. La marque coréenne ne révolutionne pas le genre, qui d'ailleurs n'en demande pas moins. Mais elle nous livre sa version et sa conception du style, avec sa griffe personnelle, aussi bien en termes de lutherie, de sons, que de prix. La gamme Natura trouve une partie de ses spécificités dans la mise en œuvre de vernis à tendance "écologique", élaborés à partir de plantes et autres composants organiques, afin de réduire les émissions et rejets de matières chimiques. Louable intention, qui ne nous laisse point insensible. Concrètement, cela se traduit, entre autres par une finitions satinée pour le dos manche, les éclisses et le fond de la caisse, et brillante pour la table!

Un manche incroyable
Le manche est un petit régal qui fait plus penser au terrain de jeu d'un électrique qu'une acoustique. Son petit galbe lui offre une place de choix dans le creux de la main, et on peut sans problème utiliser une technique de jeu très proche de l'électrique dans le placement et le déplacement de la main gauche.

Les méchaniques montés sont à bain d'huile. A leur extrémité, le chevalet n'est pas très original, mais ses aptitudes et son efficacité son intactes, et l'ensemble remplit bien son rôle. Il est collé sur une table en épicéa massif plutôt joli. L'éclisse supérieure reçoit le préampli Fishman Classic 4.

Guitar Unplugged

Comme un sou neuf!
La D555 esst une guitare qui réclame pour l'instant douceur de jeu et retenue pour lui permettre d'exprimer au mieux son potentiel On sent l'instrument très neuf, trop neuf encore, et il est certain que la table va "s'ouvrir" en se bonifiant. dans l'immédiat, on obtient un son acoustique brillant. Les basses sont puissantes, mais manquent provisoirement de rondeur. Les arpèges lui vont à merveille, tandis que les généreuses rythmiques style "rakakou" demandent une certaine légèreté de la main druite pour conserver la musicalité du timbre, sans écrasement.

Le Fishman Classic 4 offre un bon potentiel électro à la D555CE. Les réglages restent standards, avec une égalisation 3 bandes et un contrôle de brilliance très efficace, quei permet à lui seul de modifier notablement le timbre de l'instrument. La sonorité gagne ici une réelle profondeur, et le grain sait se fondre dans tous les styles grâce à l'efficacité des réglages proposés par le préampli. D'un son typiquement "picking" à un son très "rock unplugged", la diversité des nuances permet d'envisager cette Walden comme une valeureuse compagne de scène et de home-studio, l Fishman aidant dans ce cas à réaliser des prises de sons rapides et efficaces sans recours à un micro externe.

C'est clair
Pour 410 euros*, Walden nous propose un instrument sérieux et très bien placé face à la concurrence sur le plan financier. Aucune ombre notable ne vient ternir un tableau au final très positif. S'attacher les services de la D555CE, c'est jouer la sécurité et l'économie. Un concept à la portée de toutes les bourses, et c'est tant mieux.

* Prix public conseillé

å